call contact_page duo location_on

La chirurgie oncologique chez le chien et le chat à la clinique ABVET à Neuilly-sur-Seine, Paris

Qu'est-ce que la chirurgie oncologique ?

La chirurgie oncologique regroupe l’ensemble des gestes chirurgicaux dont peut bénéficier un patient souffrant d’un cancer. La chirurgie joue un rôle important dans le diagnostic et l’évaluation de la gravité des cancers. C’est par ailleurs la forme la plus ancienne de traitement des cancers. De nos jours la chirurgie est le traitement principal des tumeurs en médecine vétérinaire et permet d’augmenter les chances de guérison pour de nombreux cancers, principalement pour ceux qui ne sont pas métastasés. C’est l’une des étapes clefs de la prise en charge du cancer chez nos animaux domestiques. Les interventions possibles sont diverses et vont de la simple biopsie à l’amputation dans le pire des cas.

Quels sont les actes et les buts de la chirurgie oncologique ?

L'agressivité de la résection chirurgicale est classée comme intralésionnelle (chirurgie réductrice), marginale, large et radicale (photo). Cette classification d'origine humaine est maintenant acceptée pour toutes les tumeurs solides. L'erreur la plus commune en chirurgie oncologique est de retirer trop peu de tissu, surtout par peur d'être incapable de pouvoir refermer la perte de substance. Toutefois, le développement de chirurgie reconstructrice (lien) a permis d'être beaucoup plus radical dans l'exérèse des tumeurs.

Les chirurgies à but curatif avec résection large ou radicale :

L’objectif de ces chirurgies est de retirer la totalité du cancer de l’animal par résection de la tumeur, des ganglions lymphatiques drainant les territoires à proximité et les éventuelles métastases issues de la tumeur. Le pronostic d’une tumeur cancéreuse dépend de la qualité et de la rapidité de la prise en charge. Les chirurgies de rattrapages sont de moins bons pronostics.

Ce type de chirurgie est particulièrement indiqué lorsque la tumeur est localisée dans une région précise du corps (tumeur cutanée) (photos 1 à 4) et peut être employée en association avec la chimiothérapie ou la radiothérapie.

Photo 1 : La résection large d'une tumeur intéresse les marges latérales et profondes. La largeur de la marge excisée est déterminée par le type de tumeur et s'étend de 1 cm pour les tumeurs bénignes et les carcinomes, à 3 cm pour les sarcomes des tissus mous voir 5 cm pour les sarcomes d'origine vaccinale. Les tumeurs malignes ont des tumeurs satellites en dehors de la pseudo capsule. Les marges profondes ne sont pas déterminées par l'épaisseur mais plutôt par la présence d'un fascia résistant à l'invasion tumorale.

Les chirurgies diagnostiques 

Ce type de chirurgie est employé lorsque l’on souhaite connaître la nature de la tumeur en prélevant un échantillon de tissu en vue d’une analyse histologique. Cet examen aide à confirmer le diagnostic et à identifier le type de cancer. La technique de biopsie intéresse les tissus mous mais également l’os.

Les chirurgies de réduction tumorale ou marginale

Ces traitements sont utilisés pour réduire le plus possible la taille d’une tumeur. Dans les cas où le retrait de la tumeur entière pourrait causer trop de dommages à un organe ou aux tissus environnants. Ces interventions ne permettent pas l’ablation complète du tissu tumoral. Dans ce cas, il est vivement conseillé de réaliser une chimiothérapie ou (et) une radiothérapie postopératoire qui améliorent le pronostic et la durée de survie.

Les chirurgies réparatrices et reconstructrices 

Ces chirurgies sont effectuées lorsque le cancer ou les traitements appliqués, comme par exemple une chirurgie curative, ont altéré l’apparence physique de l’animal. Le but est donc de modeler ou restaurer l’apparence physique d’une partie du corps. Cette reconstruction est le plus souvent faite immédiatement après le retrait de la tumeur. Par exemple lors de retrait d’une tumeur cutanée, le nécessaire est fait pour que la surface sur laquelle le chirurgien est intervenu retrouve un aspect le plus normal possible grâce à la chirurgie reconstructrice (lien).

Les chirurgies à but curatif  avec résection large ou radicale :

L’objectif de ces chirurgies est de retirer la totalité du cancer de l’animal par résection de la tumeur, des ganglions lymphatiques drainant les territoires à proximité et les éventuelles métastases issues de la tumeur. Le pronostic d’une tumeur cancéreuse dépend de la qualité et de la rapidité de la prise en charge. Les chirurgies de rattrapages sont de moins bons pronostics.

Ce type de chirurgie est particulièrement indiqué lorsque la tumeur est localisée dans une région précise du corps (tumeur cutanée) (photos 1 à 4) et peut être employée en association avec la chimiothérapie ou la radiothérapie.

Photo 2 : vue de la tumeur de l’ergot chez un chien pendant la chirurgie d'exérèse

Photo 3 : Vue Préopératoire. Notez la largeur de la perte de substance après l'exérèse. Cette dernière ne peut être fermée directement par suture et apposition directe.

Photo 4 : Recouvrement quasi complet de la perte de substance après transfert d'un lambeau vascularisé (lien) de la partie haute du membre.

Les traitements complémentaires à la chirurgie oncologique

La chirurgie ne permet pas toujours de supprimer la totalité de la tumeur car il est parfois difficile d’obtenir des marges saines. La chimiothérapie et la radiothérapie sont alors nécessaires en complément de traitement afin de combattre et d’éviter les récidives. Il existe de nombreux protocoles de chimiothérapie chacun adaptés aux différents types de tumeurs. De même, la radiothérapie peut être indiquée selon la tumeur diagnostiquée. Les meilleurs résultats sont le plus souvent obtenus avec une combinaison des différentes modalités de traitements.

Consultez également :