call contact_page duo location_on

La paralysie laryngée chez le chien à la clinique ABVET à Neuilly-sur-Seine, Paris

Qu’est-ce que la paralysie laryngée ?

La paralysie laryngée est une perte de l’activité des muscles qui ouvrent et ferment le larynx. Le larynx fait suite au pharynx et se prolonge par la trachée (photo 1 et 1 bis). Il est composé de cartilages et forme une valve qui s’ouvre lors de l’inspiration et se ferme le reste du temps pour protéger les voies respiratoires d’une fausse déglutition. La paralysie laryngée peut être acquise et se retrouve alors chez les chiens âgés en particulier chez les races Labrador et Golden Retriever mais également héréditaire chez certaines races comme le Bouvier Bernois, le Husky, le Rottweiler, le Dalmatien ou le Berger des Pyrénées. Les nerfs permettant la fermeture de la valve du larynx ne fonctionnent pas correctement et les muscles ne se contractent pas complètement. Le larynx se bloque en position fermée et le passage d’air vers les poumons est limité.

Photo 1 : schéma d'un larynx normal

Photo 1 bis : vue endoscopique d’un larynx normal

Comment reconnaître que mon chien souffre d’une paralysie laryngée ?

Les chiens atteints sont souvent des chiens âgés en surpoids, les Labrador y sont prédisposés. La paralysie laryngée peut être rencontrée chez des chiens jeunes. Le principal signe clinique est une difficulté respiratoire avec l’apparition de bruits anormaux lors de l’inspiration connus sous le nom de cornage. Les signes sont exacerbés en période de chaleur, car les chiens accentuent leur respiration pour réguler leur température. Une intolérance à l’effort voire un changement de sonorité de l’aboiement peut être un signe d’appel à la paralysie laryngée.

Comment est diagnostiquée la paralysie laryngée à la clinique de spécialistes ABVET ?

L’examen clinique et les commémoratifs sont importants et permettront au clinicien de suspecter fortement une paralysie laryngée. L’examen neurologique est également essentiel afin de rechercher d’autres atteintes que celles touchant les nerfs innervant le larynx. Le diagnostic de certitude passe par la laryngoscopie (lien) qui permet d’observer, grâce à un endoscope, le larynx et ses mouvements lors de la respiration. En cas de paralysie laryngée, la mauvaise ouverture du larynx sera visualisée lors de l’inspiration (photo 3 et 4).

Photo 3 : vue endoscopique d'un larynx paralysé chez un chien

Photo 4 : vue endoscopique d'un larynx paralysé chez un chat

Comment est traitée la paralysie laryngée à la clinique de spécialistes ABVET ?

Le traitement de la paralysie laryngée est chirurgical. Il consiste à latéraliser le cartilage dont les muscles sont défaillants grâce à des fils irrésorbables afin de maintenir un côté de la valve ouvert, diminuant ainsi la gêne respiratoire de l’animal tout en limitant les risques de fausse déglutition (photos 5 et 6). En attendant la programmation de l’intervention, il est important de restreindre l’exercice et de garder l’animal au frais.

La surveillance du réveil est primordiale. L'animal est extubé lorsqu'il est pleinement conscient et supplémenté en oxygène. Sa respiration est surveillée pendant 24 heures et l'alimentation ainsi que la boisson sont interdites pendant 12 heures. Le traitement de la douleur à base de morphiniques est systématique. L'administration d'anti-nauséeux est recommandée après ce type d'intervention.

Photo 5 : schéma de la latéralisation du larynx grâce à la mise en place d'une suture entre deux cartilages du larynx

Photo 6 : vue endoscopique postopératoire d'un larynx paralysé chez un chien : notez l'élargissement du larynx sur un seul côté

Quel est le pronostic après traitement de la paralysie laryngée ?

Il existe quelques complications mineures liées à l’acte chirurgical telles que les infections superficielles. Les risques de complications majeures sont les pneumonies dues au passage potentiel des aliments dans la trachée à cause de l’ouverture permanente du larynx (fausse déglutition). Il est nécessaire après la prise en charge d’augmenter le temps des repas de votre animal et de fractionner les repas pour limiter les risques de fausse déglutition. Le bon respect des recommandations postopératoires permet de limiter le risque de complication et de rendre à votre animal un confort respiratoire optimal. Le pronostic est bon pour ce type d'intervention.

Consultez également :