Menu
01 46 41 05 93

Joignable 24h/24 7j/7

Je veux être rappelé

Se rendre à la clinique

32 rue Pierret
92200 - NEUILLY SUR SEINE

Consultation uniquement sur rendez-vous

Une question ? Un doute ?

Consultez notre foire aux questions, vous y trouverez sûrement une réponse !

Consulter la FAQ

Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Articles > Syndrome de la queue de cheval chez le chien et le chat

Syndrome de la queue de cheval chez le chien et le chat

Le 06 avril 2020
Syndrome de la queue de cheval chez le chien et le chat Syndrome de la queue de cheval chez le chien et le chat Syndrome de la queue de cheval chez le chien et le chat

Qu’est-ce que la queue de cheval ?


La queue de cheval chez le chien et le chat, c’est possible ça ? Oui ! Il s’agit de l’ensemble des nerfs qui prolongent la moelle épinière pour atteindre les membres postérieurs, le colon, la vessie et le périnée. Autrement dit, tous les chiens et chats (tous les animaux d’ailleurs) possèdent une queue de cheval.

Mais seulement quelques-uns souffrent alors de ce syndrome. De quoi s’agit-il ? Le syndrome de la queue de cheval est l'ensemble des maladies associées à la compression des nerfs de cette région ou à leur dégénérescence.

Ces maladies résultent généralement d’un rétrécissement du canal vertébral (sténose lombosacrée). Mais elle peut également survenir à la suite d’autres maladies comme les hernies discales, la spondylose (proliférations dégénératives), les instabilités vertébrales ou encore l’épaississement des facettes articulaires avec sténose des foramens. Entendez par là, l’affaissement d’une vertèbre suivi par une formation d’arthrose qui comprime ainsi le nerf.

Si les grands chiens sont prédisposés, les petits chiens et les chats peuvent également souffrir de ce syndrome.

Quels sont les symptômes de la queue de cheval ?


Les signes cliniques peuvent être multiples et parfois très discrets, ce qui rend le diagnostic par le vétérinaire très compliqué. Mais si votre animal boite d’un ou des membres postérieurs et s’il présente des difficultés à se lever, à s’asseoir, à sauter ou à monter les escaliers, il souffre probablement du syndrome de la queue de cheval.

Dans les cas de lésions avancées, certains animaux présentent même des symptômes neurologiques. Cela se traduit par des déficits nerveux, une paralysie de la queue, voire une incontinence.

Comment savoir si mon animal souffre du syndrome de la queue de cheval ?


Les symptômes pouvant présenter de nombreuses formes, souvent discrètes, le diagnostic s’avère compliqué. La meilleure solution pour déceler un syndrome de la queue de cheval reste alors de consulter un spécialiste ;-)

Chez nous, à la clinique ABVET de Neuilly-sur-Seine, le Docteur Bardet diagnostique ce syndrome en cinq étapes :

  • Un examen clinique général
  • Un examen orthopédique : nous éliminons toutes les causes de boiterie d’origine orthopédique.
  • Un examen neurologique : nous jugeons ensuite de la localisation de la douleur à l’extension des hanches et à la pression de la charnière lombo-sacrée.
  • Une radiographie : grâce à cela, nous pourrons mettre en évidence de l’arthrose et suspecter des sténoses, tout en élimant la présence de tumeur ou de fracture.
  • Un scanner ou IRM : ces examens nous permettent de visualiser précisément l’aspect de la queue de cheval et les structures qui l’entourent (canal vertébral, foramens intervertébraux).

Comment soigne-t-on le syndrome de la queue de cheval à la clinique ABVET ?


Traitements non chirurgicaux


Le traitement non chirurgical, aussi appelé conservateur, est celui recommandé en cas de symptômes subtils. Un traitement médical à base d’anti-inflammatoires sera alors initié pour faire disparaître les douleurs.

Toutefois, si votre animal ne répond pas à la cure ou si les symptômes sont plus sévères, le traitement chirurgical s’imposera de lui-même.

Traitements chirurgicaux


Laminectomie


La laminectomie est une intervention qui consiste à lever la compression de manière mécanique. Cette opération est souvent associée à une :

  • Facettectomie : retirer les facettes articulaires ainsi que les tissus mous autour des racines nerveuses
  • Foraminotomie : agrandir le foramen vertébral en cas de rétrécissement

En bref, cette opération vise à libérer mécaniquement les racines nerveuses comprimées.

Fusion vertébrale dorsale


La fusion vertébrale dorsale est indiquée en cas d’instabilité vertébrale majeure ou en complément de la laminectomie (les vertèbres sont instables et cisaillent les nerfs). Elle permet alors d’assurer la stabilité de la charnière lombosacrée.

Avant / Après

À la question « Peut-on guérir du syndrome de la queue de cheval ? », la réponse est oui ! Bien évidemment, l’animal doit être opéré tôt, avant l’apparition de lésions irréversibles… Ainsi, pour les animaux pris en charge précocement, le pronostic de récupération est excellent. Chiens et chats retrouvent une qualité de vie normale seulement après quelques jours (en fonction de la sévérité et de l’ancienneté des lésions) et, le plus souvent, sans aucune séquelle

La disparition de la douleur est généralement assez spectaculaire. Votre animal gambade à nouveau en toute sérénité !

Vidéos : 

Avant l'intervention de chirurgie de La queue de cheval chez un chien

Trois heures après l'intervention chirurgicale de décompression de la queue de cheval chez un chien

Autres articles sur le syndrome de la queue de cheval :

Syndrome de la queue de cheval chez le chien et le chat à Paris, Neuilly-sur-Seine

Un doute, une question ? Prenons rendez-vous, contactez-nous sur le site, au téléphone 01 46 41 05 93 par email contact@clinique-abvet.com ou par messagerie sur notre page Facebook

Cet article est associée aux catégories suivantes : Articles

Ce qui nous caractérise

Accueil et suivi personnalisé par l’ensemble de l’équipe soignante. Prise en charge globale et immédiate des patients. Respect du bien être de l’animal et traitement systématique de la douleur. Sécurité de l’anesthésie (protocole appropriés et monitoring répondant aux dernières normes). Chirurgie ambulatoire grâce à la chirurgie mini-invasive et aux anesthésies sophistiquées. Structure équipée d’un système permanent de décontamination d’air. Matériel de pointe. Chirurgie non-invasive. Formation continue de nos vétérinaires et du personnel soignant.